La place du bénévolat dans nos Cités : enjeux et perspectives

11/06/2014 | 1 112 vues

photo-5-JUIN2014-2

Le nouveau projet associatif de l’ACSC (2014-2018) accorde une place importante au développement du bénévolat dans nos établissements. Le nombre de bénévoles augmente chaque année : 304 en 2013 vs 264 en 2012 (+15%).

Le 5 juin dernier le Pôle Vie Citoyenne a organisé une journée de réflexion entre salariés et bénévoles sur la place du bénévolat au sein de l’ACSC. Au programme une table ronde, des ateliers et un théâtre forum qui a clôturé la journée.

Lors de cette rencontre, bénévoles et professionnels ont pu confronter leurs points de vue et aborder toutes les questions déontologiques et pratiques de cette complémentarité. Dans un souci d’efficacité, les bénévoles ont fait part aux équipes salariées de leur désir d’être mieux intégrés aux actions menées dans les Cités.

A l’ACSC, le bénévolat prend en effet aujourd’hui de nouvelles formes d’engagement. Souvent animateurs d’actions de loisirs, de formation, de bien-être, en marge de l’accompagnement social, les bénévoles ont été intégrés dans plusieurs Cités, au sein de leurs équipes de professionnels, créant ainsi une nouvelle mixité dans les équipes, impliquant d’autres pratiques et pédagogies de travail.

Cette première journée lancée sur le territoire parisien a donc permis de s’interroger sur certaines distinctions à opérer entre le travail du bénévole et celui du salarié.

Des notions importantes telles que la question du secret partagé, la liberté des bénévoles par rapport aux travailleurs sociaux dans leur relation à la personne accueillie, ou encore les valeurs partagées dans l’accompagnement des résidents, ont été abordées.

Constat a été fait à la fin des échanges que le bénévole doit avoir une réelle légitimité d’intervention auprès des personnes accueillies. Cette intervention ne pouvant être que favorable dans l’évolution des bénéficiaires, du fait de cette liberté de temps et d’action propre au bénévolat.

De vraies questions ont été soulevées au sujet de la cohabitation bénévoles/professionnels et des engagements de chacun. Il reste un travail de fond à continuer sur cette complémentarité, afin de consolider les bénévoles comme partie prenante du fonctionnement de l’ACSC auprès des personnes accueillies.

« Libre mais interdépendant ! » dixit un bénévole.

(référence à Edgar Faure qui avait suggéré, à propos de l’indépendance du Maroc en 1955, « l’indépendance dans l’interdépendance« )

Delphine Roland Gosselin, bénévole à la Cité Le Rosier Rouge depuis 2 ans, a participé au théâtre forum :

« Nous avons mis en scène une situation entre un bénévole et un résident, cela nous a fait réfléchir à ce que l’on vit chaque jour dans les Cités, à notre rôle, relais entre personnes accueillies et équipes. Ainsi, j’anime un atelier tricot tous les mardis et suis amenée à écouter les résidents. Je ne connais pas leur pathologie mais je suis à leur écoute, et il m’arrive de transmettre leurs desiderata aux personnes de l’accueil. Cette activité manuelle leur permet de faire quelque chose pour penser à autre chose. »

Une dizaine de personnes se sont portées volontaires pour la création du théâtre forum, animé par le metteur en scène Guillaume Lemaître, qui permet à un groupe de travailler sur un thème tiré de leur expérience, d’explorer des solutions au moyen d’une représentation théâtrale afin d’entamer une réflexion interactive avec le public.